Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
©IMAD

Promotion des directives anticipées

Le droit de la protection de l’adulte entré en vigueur en 2013 oblige les professionnels de la santé à s’enquérir auprès de leurs patients de l’existence de directives anticipées. Celles-ci permettent à toute personne d’indiquer le type de soins qu’elle aimerait recevoir ou non en cas de perte de la capacité de discernement. Le signataire peut également désigner un représentant thérapeutique, chargé de se prononcer à sa place sur le choix des soins à lui prodiguer au cas où il ne serait plus en mesure de s’exprimer. Ce document offre la possibilité d’éviter des conflits entre les patients, les proches et les soignants. Malgré leur utilité, les directives anticipées sont peu utilisées en Suisse.

Le projet ANTICIP@IMAD vise à remédier à cette situation. Il a pour objectif, entre autres, d’encourager les infirmières et les infirmiers de IMAD à promouvoir de manière sensible et adéquate les directives anticipées auprès de leurs patients. Il vise aussi à tester un outil qui permet à ces derniers de s’exprimer sur leurs choix et leurs préférences concernant les traitements qu’ils souhaitent ou non recevoir en fin de vie.

Lancé par la Haute école de santé Genève (HEdS-Genève), la Haute école de santé Fribourg (HEdS-FR), la Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETSL), les HUG et IMAD, ce projet est financé par l’Académie suisse des sciences médicales. Après son démarrage début 2020 avec 22 infirmières IMAD, il a été provisoirement interrompu à cause de la pandémie de coronavirus et sa reprise est prévue fin 2021.

A voir aussi

Proches et aidants

Prestations

Soins palliatifs à domicile et gériatrie communautaire

Retour haut de page